Le dernier bulletin

Le bulletin 1 – 2014

Couverture : La Table des Marchands et son grand menhir brisé,

photo réalisée par Bernard Bonnot

Sommaire 

Éditorial

Une prise de conscience nécessaire et forte

À la lecture de nos bulletins on constate que l’activité de l’APBG est toujours importante. Les actions régionales et nationales, avec l’étape phare des Journées Nationales, sont très nombreuses et très diversifiées. Cela correspond à une vraie mission de notre association : faire de la formation continue.

Le contexte difficile, en particulier pour les conditions d’enseignement, est une raison supplémentaire d’agir. Et justement, c’est le constat que l’on peut faire car notre représentativité est reconnue comme l’ensemble des rendez-vous du Bureau National le montre.

Au niveau de l’Inspection Générale et de son doyen on a pu largement discuter des perspectives et des positions de chacun, pour assurer le maintien des SVT comme discipline scientifique à part entière dans la perspective d’une refonte des programmes de la maternelle au baccalauréat. Le principe de limites à définir pour les programmes semble admis.

La rencontre, à notre demande, avec le Conseil Supérieur des Programmes montre aussi notre représentativité. En effet l’APBG a présenté le résultat de ses commissions tant sur le lycée que le collège lors desquelles a été élaboré un ensemble de perspectives et d’objectifs pour une réforme des programmes et le respect des SVT, tout en insistant sur notre pédagogie partant du réel, avec une formation assurée par un professeur spécialiste dès la sixième. Le point important de nos propositions s’appuie, et cela est reconnu comme fondamental, en particulier par les professionnels du monde de la santé et de l’environnement, sur le cadre pédagogique des Travaux Pratiques dans des conditions de travail nécessitant des groupes restreints.

Ces mêmes propositions ont été faites au cabinet du Ministre.

Avec les différents syndicats, la discussion porte plus précisément sur les modifications de statuts envisagées par le ministère. L’APBG demande que les spécificités prévues par le décret de 1950 soient maintenues : heure de décharge pour absence de PTL au collège comme au lycée, heure de laboratoire, abrogation de la majoration horaire pour faibles effectifs. Deux des demandes sont prises en compte dans le projet de décret du ministre. Il faut obtenir l’heure de laboratoire directement ou non.

Continuons donc notre effort pour recruter de nouveaux adhérents. Nos collègues doivent prendre conscience que c’est bien pour leur avenir que l’APBG agit et que le nombre est un atout pour cela. Il nous faut aussi encourager tous les bureaux régionaux pour qu’ils continuent leur action au niveau de toutes les instances et que, lors des prochaines élections de l’APBG notre cohésion et notre représentativité soient maintenues. C’est un enjeu de survie ou au moins de maintien et de développement de notre discipline.

Serge Lacassie

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.apbg.org/ressources/ressources-pedagogiques/le-dernier-bulletin/