Le dernier bulletin

Le bulletin 2 – 2014

Couverture : Microphotographie de C. Nicollet en LPA d’un agrégat polycristallin (2 mm de large) de plagioclase zoné d’une andésite de la Montagne Pelée (Martinique),

photo réalisée par C. Nicollet

Sommaire 

 

Éditorial

Une action, une cohésion, qui a besoin de nous tous

Si pendant cette mandature de trois ans, nous constatons une baisse de nos adhérents individuels, nous observons aussi globalement des actions nationales et régionales (journées nationales de formation, congrès, activités régionales,…) toujours aussi riches et diversifiées. C’est la marque de la dynamique de notre association. Dynamique des instances régionales, comme du comité et du bureau national, en association avec une communication bien plus efficace, certes toujours perfectible, au niveau du site national et une mise à jour importante de la documentation pédagogique en liaison avec un bulletin, mémoire obligatoire de nos actions.

L’APBG reste une force de proposition. Depuis le début de l’année, le bureau national a été reçu par la DGESCO, par le Conseil Supérieur des Programmes, par l’Inspection Générale et par des syndicats. Au niveau des régionales les bureaux assurent des activités de proximité et bien souvent pallient la déficience de formation continue des rectorats. Une coopération stricte et efficace scientifiquement se fait avec tous les grands organismes de recherche. Les productions pédagogiques sont, en grande partie, le résultat de cette coopération.

Cela, c’est grâce à vous, grâce à tous ceux parmi vous qui s’engagent pour le bien commun. C’est le fondement même d’une association loi 1901. En cette période de renouvellement des instances régionales et nationales, il faut que nous soyons nombreux à nous engager. Il faut surtout motiver les jeunes collègues, car ils sont l’avenir de l’APBG ! Une association forte et dynamique permettra de peser sur l’avenir et obtenir des améliorations tant en ce qui concerne l’enseignement que les conditions d’enseignement. Les discussions sur le collège et les futurs programmes qui s’engagent sont un enjeu majeur. En effet, l’APBG a mission de rappeler que les SVT sont une science expérimentale qui s’ancre dans des problématiques actuelles : santé, environnement, développement durable… Donc nécessité d’un horaire décent (2 h) et des séquences en travaux pratiques à effectifs réduits. Nos gouvernants, élevés plus dans les humanités et l’économie ont malheureusement d’autres préoccupations.

Nous sommes actuellement une des plus importantes associations d’enseignants spécialistes de l’enseignement secondaire et nos journées nationales soutenues par les plus grands chercheurs, les grands organismes de recherche et universitaires (CNRS, INSERM, Institut Pasteur…), les éditeurs et surtout par nous même et les 500 participants, en sont un exemple. C’est ce qu’ont reconnu nos interlocuteurs du CSP ou de la DGESCO comme de CANOPE (ex CNDP). Une réalité qu’il faut encore améliorer, il faut vouloir pour pouvoir.

Donc engagez-vous, venez activement soutenir la réflexion et la formation dans votre discipline. Présentez- vous aux élections des comités et des bureaux régionaux pour 2014-2017. Assurez le renouvellement des générations. En effet, depuis 1911, des générations d’enseignants ont agi pour faire évoluer pédagogiquement notre discipline, et la faire reconnaître comme une vraie discipline scientifique. Il y a eu d’énormes progrès. Mais la réforme Chatel a montré tristement que rien n’était jamais définitivement acquis. Si l’APBG agit pour une remise à plat de la réforme du lycée, l’urgence est à la réforme du collège. Il faut agir pour éviter une catastrophe avec un démantèlement de la spécificité des disciplines scientifiques.

L’avenir est entre vos mains. L’enjeu en vaut la peine.

Serge Lacassie

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.apbg.org/ressources/ressources-pedagogiques/le-dernier-bulletin/