Le dernier bulletin

Le bulletin 4 – 2015

Couverture : Un pique-bœuf dans un Rhizophora

couv-4-2015

Sommaire 

sommaire-4-2015

Éditorial

Désespoir et espoirs…  mais il y a des limites

Souvent l’enseignement a été un objectif important de nos gouvernants. Dans le contexte actuel tout le monde est d’accord pour considérer que l’enseignement et la formation, comme l’écoute des jeunes, sont les points clés pour maintenir et développer une société dans laquelle les citoyens puissent être plus largement en liaison avec nos valeurs républicaines de liberté, égalité et fraternité.

Et pourtant, la réforme que l’on veut développer en collège après celle des lycées ne se fera pas globalement dans l’intérêt de notre jeunesse et cela est grave. Les conditions d’enseignement sont de plus en plus difficiles pour les professeurs et les tâches de plus en plus diffuses et multiples. L’enseignement des sciences et en particulier l’avancée pédagogique des sciences expérimentales dans lesquels les travaux pratiques ont une importance capitale est battu en brèche. Les sciences de la vie et de la Terre prennent de plein fouet cette évolution alors que la méthodologie, l’apport scientifique fondamental et appliqué qu’elles mettent en pratiques sont de plus en plus prônés pour la formation et la préparation aux métiers de demain, en particulier en ce qui concerne les biotechnologies et le développement durable.

Pour les enseignants de sciences de la vie et de la Terre, il est nécessaire que le cadre de la réforme décidée par le ministère évolue. Évolution, tant en ce qui concerne le maintien et le développement des travaux pratiques, seule méthode pédagogique d’ouverture sur le monde réel et d’interactivité que par l’innovation des pratiques avec l’utilisation des techniques modernes de communication. Il faut également, pour permettre cette mise en œuvre, le maintien d’un horaire suffisant dédié en totalité aux SVT. L’interdisciplinarité, pour être efficace, ne peut se baser que sur un horaire spécifique disciplinaire.

La participation à l’information et à l’innovation des enseignants sera toujours un élément d’action pour l’APBG avec une aide pour la formation depuis le niveau régional jusqu’à la recherche fondamentale internationale. La liaison avec la recherche et l’industrie seront deux axes de l’association au service des enseignants. Propositions et réactions vis-à-vis des différentes autorités depuis l’établissement jusque niveau ministériel seront un troisième axe d’action et de revendications. Il en sera de même pour l’aide à l’information des collègues et les échanges entre eux.

Soyez certain que ce sont non seulement des vœux, mais des réactions et des actions que nous développerons en 2016 pour faire évoluer positivement les réformes et les conditions de mises en œuvre de notre enseignement dans l’intérêt non seulement de notre métier mais aussi et surtout des jeunes dont nous avons la charge et du rôle fondamental que doit jouer notre enseignement au service de notre société et de ses citoyens.

Serge Lacassie